Bernard Tapie est connu pour être un battant, aimé ou détesté c’est un battant. Quel est le personnage en France qui a autant entrepris, qui a autant chuté, qui s’est autant relevé ? Mais à quel prix ?

Cette soif d’agir, de prouver, de se battre, a un prix à payer. Un prix très élevé.

Plus la quantité d’énergie à déployer est forte plus la compensation qui ramènera naturellement l’équilibre du système est importante.

Nul n’est invincible. On se retrouve tôt ou tard face à un adversaire qui vient se mesurer à nous, quelque soit notre taille, comme par défi.

En matière de stress, plus nous sommes capables d’encaisser, c’est à dire plus nous nous sentons aptes à des projets ambitieux, plus l’ambition de ces projets nous impose de forts enjeux et de fortes contraintes.

Personne n’est à l’abri d’un mauvais retour de bâton. Et si on joue dans une compétition à haut niveau, les forces en présence peuvent être très violentes.

La solution c’est Bernard qui nous la donne dans sa conclusion. Il a retrouvé du réconfort auprès de ses proches, et en particulier auprès de sa femme qui lui ouvre les yeux sur la priorité de la santé et du bien être sur l’insignifiance, en définitive, de l’enjeu (et par la même de l’ego) : « Donne leur tout (ndr : l’argent), on s’en va ».

 

VIDÉO. Ému aux larmes, le patron de presse est revenu dans « Le Grand Rendez-vous » sur la décision de la cour d’appel, et a rendu hommage à son épouse.

Source : Bernard Tapie a pensé au suicide après l’annulation de son arbitrage – Le Point